La tristesse et le cauchemard vous consumes...ainsi votre Daemon vous protègera..Hentai/Yuri/Yaoi NC-16ans

Partagez | 
 

 Entre Chien et Loup [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Entre Chien et Loup [libre]   Lun 1 Déc - 0:39

Entre chien et loup

« Rien n'est mort que ce qui n'existe pas encore
Près du passé luisant demain est incolore. »

Guillaume Apollinaire



Azilis respira profondément l’air du soir. Un air frais, charriant des odeurs d’humus, de terre – des odeurs de jardin après la pluie. Autour d’elle, la végétation était immobile et le silence était à peine troublé par le frémissement d’une goutte tombant d’une feuille, perle ronde et glacée, avant de s’écraser sur le sol détrempé.
L’averse n’avait pas duré, mais elle avait assuré à Azilis une tranquillité et une solitude longuement désirée. Les jardins désertés par les promeneurs devant ce petit crachin lui laissait un royaume sur lequel elle régnait avec plaisir. Le Daemon déambula longuement dans les allées, sans penser à rien.
Le parc était organisé de telle manière qu’il était impossible de deviner ce qui attendait le flâneur au tournant de chaque allée, quand bien même ce virage fut visible, au milieu des buissons aux branchages luxuriants.
Les talons de ses bottes claquaient sur les dalles de pierre du chemin, marchant sans se soucier dans les flaques d’eau qui auraient dû refléter le soleil, s’il avait été encore présent. En effet, le crépuscule était passé depuis longtemps, inaperçu derrière les nuages. Mais dès lors que la légère brise s’était levée, la couverture grise qui englobait le ciel avait disparue.
Et c’était ainsi que, entre chien et loup, le renard flânait dans le jardin.

Au rythme de ses pas, sa tête se balançait lourdement, ses cheveux auburn, n’étant ni tout à fait coiffés, ni tout à fait lâches, formait une sorte d’auréole aux reflets roux dodelinant au gré du vent et de sa marche. Les yeux mi-clos, elle avançait. Finalement, elle arriva près d’un banc à peu près sec, abrité par la frondaison des arbres. Laissant son esprit vagabonder en même temps que ses pieds, elle finit par s’y laisser tomber.
En même temps que son fondement ( :p), sa pensée se posa. Elle rouvrit ses yeux, ces deux pupilles mordorées au regard flou. Resserrant autour d’elle son gilet de laine beige, elle se surprit à regarder ses mains.
Comme il était étrange d’être morte…
Morte, et pourtant bien vivante. Elle se retrouvait ici, dans ce pensionnat, alors que son cœur appartenait tout entier à l’Ecosse, son pays chéri où se trouvait tout le monde, ses proches qui devaient la pleurer à présent. Son cœur…d’avant. Son cœur de l’ancienne vie. De celle où elle était encore humaine. Car il n’y avait plus aucun doute sur le fait qu’elle était devenue Daemon.
Son cœur à présent, battait différemment. Et c’était dans cet institut qu’il semblait résonner avec force, comme si il y avait trouvé sa place. Dans ce pensionnat où personne n’avait été surpris qu’elle débarque ainsi. On lui avait attribué une chambre – la n°5, et, soit qu’elle ait été inoccupée pour l’instant, soit que ses colocataires étaient très discrètes, elle n’avait croisé personne durant son « installation ». Quelques habits fourrés dans une armoire, et puis…Ah, elle n’avait pas résisté…Un drapeau orné d’une éclatante croix de saint-André blanche sur fond bleu était à présent suspendu au-dessus de son lit. Elle n’arriverait pas à se débarrasser de ses racines ainsi :p Elle sourit.
La vie- ou plutôt la mort, était décidément quelque chose de mystérieux, et qu'elle n'aurait jamais soupçonnée. Tout semblait si proche...Il lui suffisait de fermer les yeux pour ressentir en détails ses derniers instants, là-bas, sur la falaise balayée par la tempête qui soufflait alors, pour sentir encore les petites caresses gelées de la pluie sur son visage, humer comme si elle y était encore les odeurs salées d'embrun, entendre les bourrasques faire claquer ses vêtements comme des drapeaux et...la voix d'Efflam.
Sa gorge se serra et son estomac se noua. Leur "séparation" avait laissé une blessure déchirante dans son coeur, comme un vide terrible que rien au monde ne parviendrait jamais à combler. Elle avait toujours eue l'impression -stupide ? pas si sûre- d'être une seule âme dans deux corps. Là, on avait supprimé ce bout d'âme. Et elle en souffrait terriblement. Pire que tout, le visage de son ami, qu'elle pensait pourtant connaître par coeur, s'effaçait peu à peu dans sa mémoire. Et c'est ce qui était douloureux.
La jeune écossaise soupira, une lamentation à vous tordre le coeur et vous déchirer l'âme.
Pourtant, quelque chose en elle lui murmurait qu'elle trouverai ici de quoi panser la blessure béante et à vif de son coeur.
Azilis rouvrit les yeux, et revint à la réalité.

Une légère brise secoua les branchages au-dessus d’elle, et un frisson couru le long de sa colonne vertébrale. Frémissante, elle en mourait d’envie. Après tout, il n’y avait personne. Et puis, entre chien et loup, elle était en sécurité, puisque toute apparition à cette heure pouvait passer pour une hallucination, un jeu d’ombre dans la brume.
En un instant, la laine de son gilet et de son écharpe en tartan fut remplacée par une fourrure épaisse et soyeuse, aux mêmes reflets roux que sa chevelure. Avec cette transformation, sa perception du monde changea également. Si sa vue, déjà peu claire, s’abaissa encore, odeurs et sons lui semblèrent exacerbés.
Elle sauta prestement du banc, sans un bruit, et entreprit d'explorer les alentours...Sa longue queue rousse battait ses flancs à un rythme régulier, signe évident de son contentement et de sa sérénité. Elle laissa aller son museau au ras du sol, curieuse de découvrir des choses qu'elle n'aurait jamais deviné d'un point de vue "humain".
Elle était ainsi là, à fouiner comme un renard sauvage quand un craquement non loin de là la fit sursauter. Aussi vite qu'elle s'était changée, elle reprit sa forme initiale, et attendit, le coeur battant. L'avait-on vue ?
Dans la nuit tombante, Azilis plissa les yeux, tentant de deviner quelque chose. Déjà que sa vue était basse, mais dans la semi-obscurité, il était bien difficile de distinguer quoi que ce soit.

Si il y avait quelqu'un, elle ne le voyait pas. Alors, calmement, elle se rassit sur son banc, comme si de rien n'était, même si elle était à l'écoute.
Elle leva les yeux vers l'ether. Les nuages avaient été chassés, et, à travers les branches, on distinguait les prémisces de la voie lactée.
Cette vision la fit sourire. Et, dans l'air du soir, sa voix perça les ténèbres :


"Il est grand temps de rallumer les étoiles"

C'est sur ce vers d'Apollinaire que s'ouvrait un nouvel avenir, et que sa vie commençait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Mar 2 Déc - 21:35

Rien de tel qu'une ballade dans les jardins de ce pensionnat... Quitte à se familiariser avec quelque chose autant que ce soit avec un endroit qui respirait la tranquillité plutôt qu'un endroit renfermé.
Il n'aimait pas spécialement être enfermé, il préférait l'air, la liberté. Les papillons, les aigles, c'était cela le secret de la vie, voler sans jamais s'attache à quoique ce soit. Le passé était le passé, et comment faire autrement puisque le passé lui-même rejetait Kyo par tous les pores.

Tranquille certes, mais légèrement trop calme... Où étaient les oiseaux? Le vent qui souffle contre les arbres et ressortent comme un sifflement à l'oreille de l'homme, un sifflement qu'il se devait d'apprécier au mieux! Ils n'étaient pas au rendez-vous. Quelle tristesse.

La mélancolie, par contre, ne comptait pas le lâcher de si tôt et cela pouvait être embêtant en soi, il avait besoin de penser à son futur, et non pas à la tristesse du passé qui n'avait fait qu'entraver sa vie. Le détruire doucement, comme beaucoup le sont ou pensent l'être.
Kyo, lui, préférait croire que tout cela n'était que le fruit de son imagination, comme cela, au moins, il pourrait tirer un trait sur toute cette histoire.
On peut pardonner mais l'on n'oublie jamais! C'était si vrai, mais qui était l'imbécile qui lui avait dit cela pour qu'il s'en souvienne comme si c'était hier! En tout cas, il n'avait pas été très malin parce que Kyo devait l'avouer, il aurait préféré l'oublier!


Ces jardins étaient assez différents de ceux qu'il avait connu, bon dans un premier temps, ils paraissaient beaucoup plus grand. Mais c'était particulièrement la structure qui l'intriguait et l'inquiétait à la fois. On avait l'impression qu'à tout moment, quelqu'un pourrait sortir de nulle part et nous sauter à la gorge sans que l'on puisse faire quoique ce soit! Quelle imagination... Peut-être Kyo était-il paranoïaque? Ou alors trop pessimiste pour penser faire une belle rencontre plutôt qu'une très mauvaise. Mais, lorsque l'on y réfléchit, c'était une manière comme une autre de ne pas être déçu au final! Mais surtout, d'être soulagé et heureux si rien n'arrivait!

Mais comme pour lui montrer qu'il avait tord, elle était là... Assise, ne regardant même pas vers lui et pourtant, elle l'aurait fait, cela n'aurait rien changé à cette envie de s'approcher et de faire comme si cette dernière lui avait toujours appartenu. Etait-il cinglé? Possible et si la folie ressemble à ce sentiment alors qu'il l'emporte et à jamais. Une simple inconnue, qui ne le voyait même pas et déjà son coeur s'emballait comme si elle était là pour lui. Non, elle était juste seule rêvassant, une ombre dans la nuit, une des plus spéciales, mais une ombre... Il s'approchait, lentement comme si cela était interdit ou dangereux. Rien n'y faisait, elle ne le voyait toujours pas, après tout, sa démarche féline et silencieuse aidait sûrement à ce qu'elle soit distraite par autre chose...

Les mains dans son jean, sa chemise noir retombait parfaitement sur ses dernières, il levait un moment les yeux au ciel pour se rendre compte qu'il se faisait plutôt tard, mais malgré, la noirceur qui s'installait. Kyo pouvait plus ou moins devinait le visage de la seule femme qui se retrouvait pour le moment ici. S'approchant du banc totalement cette fois, ne laissant plus de doute face à sa présence, tant il était proche. Il la regardait longuement, la scrutant comme s'il ne se sentait pas obligé de parler. Et pourtant, il faudrait bien s'y résigner un jour. Dans un souffle, qui lâchait une légère buée de sa bouche due au froid, il disait.


- Si tard... Et seule à l'extérieur, c'est assez inconscient vous ne trouvez pas? En plus, on ne peut pas dire qu'il fasse chaud!

Il ne savait pas pourquoi, il avait prit ce ton à la fois doux et direct, pour dire vrai, en d'autres circonstances, la jeune femme n'aurait même pas eu la chance ou le malheur d'entendre le son de sa voix. Kyo n'était pas homme à aborder qui que ce soit. Qui plus est, c'était une fille, et c'était exactement l'espèce que Kyo évitait le plus possible pour tous les problèmes qu'elle causait. Et alors? C'était un peu une question de survie! Lui, tout du moins, le voyait comme cela, mais elle était différente, en quoi? Il ne le savait pas et ne le saurait sans doute jamais, la seule chose qu'il savait, c'est qu'il n'avait pas pu s'empêcher de lui parler. Il pourrait partir sans regret après l'avoir fait mais l'instant d'avant, cela lui avait parut tout simplement impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Mer 3 Déc - 0:04

La nuit tombe, étoile par étoile.

Azilis avait toujours la tête tournée vers le ciel, à contempler les timides lueurs qui apparaissaient une à une. L'heure entre chien et loup faisait peu à peu place à l'obscurité la plus totale, bientôt éclairée, on pourrait l'espérer, par quelques rayons de lune. Dans le cas contraire, seules les étoiles resplendiraient cette nuit. Sur ces réflexions astronomiques, une phrase d'un illustre inconnu -où tout du moins elle avait oublié qui l'avait prononcé, mais après tout, peu importe-, lui revint en mémoire : "Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles". Ca, c'était une fin digne de ce nom !
Un mince sourire s'étira sur ses lèvres. Sa propre fin avait été des plus stupides, mais elle avait tout de même décidé de prendre la vie, ou plutôt la mort, du bon côté.

Toutefois, malgré son apparente oisiveté, Azilis était toujours à l'écoute. Elle n'oubliait pas le craquement qui l'avait arraché au plaisir de la découverte de sa nouvelle existence. Gare à l'impudent qui la dérangerait ! è_é "Nemo me impune lacessit" comme on disait en Ecosse. Littéralement : "Personne ne s'en prend à moi impunément".
Elle se maudit de ne pas avoir emporté ses lunettes avec elle. Les ténèbres troublaient une vue déjà perfectible. Et puis la jeune femme finit par sourire une nouvelle fois. Stupide enfant. Elle aurait l'air maligne, tout à l'heure, lorsqu'il faudrait rentrer et si il n'y avait pas de lune ! Elle s'imaginait déjà rentrant couverte de boue et les genoux écorchés à force de tomber en se prenant les pieds dans quelques racines saillantes... Comme lorsqu'elle était toute enfant.
Non, il ne fallait plus y penser : l'enfant qu'elle avait été n'était plus. Elle avait grandi. Puis était morte. Ce qui réglait la question. Il faudrait dès à présent savoir faire la part des choses entre sa vie, sa mort, et sa renaissance. Elle repensa à son rôle de Daemon. Un maître. Il lui faudrait un maître. Comment le saurait-elle, lorsqu'elle l'aurait trouvé ?
Perdue dans ses pensées, son attention s'était relâchée, quand un second craquement la fit sursauter. Elle se tourna alors vers l'origine du bruit, pour découvrir un homme. Car c'était bien un homme, jeune. Et de surcroît, discret. Car enfin, comment se faisait-il qu'il soit si proche du banc sans qu'elle l'ait entendu arriver ? O___o" Il faudrait qu'elle revoit son attention. Enfin... Au moins elle n'était pas sous sa forme "daemonique" lorsqu'il était arrivé.

Étrangement, son cœur se gonfla et se mit à battre très fort, envahi d'une douce chaleur à sa vue. Eh oui, chose extraordinaire, elle le voyait parfaitement: des cheveux blonds, des yeux verts, l'aspect négligé -rien de bien exceptionnel somme toute. Alors, pourquoi se sentait-elle ainsi ? Elle eut comme un vertige, et une vague d'émotion la submergea. Non, ce qui était remarquable n'était pas l'apparence de l'inconnu...Mais bien l'aura, si particulière, qui l'entourait.
Quoi ? Si...vite ? Elle en aurait volontiers pleuré. Elle resta un long moment sans rien dire, paralysée, remerciant le Seigneur de lui redonner le morceau d'âme qu'on lui avait volé. Ses mains, imperceptiblement, s'étaient crispées sur le rebord du banc, comme pour ne pas tomber.
Elle respira un grand coup, chassant ainsi ces émotions qu'elles jugeaient superflues en un tel moment, et releva la tête où ses deux grands yeux mordoré brillaient d'une lueur qu'on pouvait tout à fait juger d'inquiétante lorsqu'elle s'adresse à un parfait inconnu xD


"...Nous sommes dans l'enceinte du pensionnat, je ne vois pas ce qui pourrait m'arriver !..."

Au fond d'elle, une voix ne cessait de murmurer :"Pourquoi lambines-tu ?" C'était vrai, ça, pourquoi tourner autour du pot ? ...Tout simplement parce que dire à un prof qu'Azilis était morte et récussitée en élève mi-humaine mi-renard, et qu'elle était là pour le protéger, c'était...peu crédible.

Et puis, n'y tenant plus, elle se leva, et regarda son futur nouveau maître dans les yeux.


"Je suis désolée. Normalement, c'est moi qui aurait dû vous trouver, monsieur Kyo Hitaki"

Comme c'était étrange. Elle ne l'avait jamais rencontré, mais elle savait que c'était lui. C'était comme si elle le connaissait depuis toujours, et qu'ils n'avaient jamais été séparés. L'impression fugitive d'Efflam sembla s'effacer du même coup. Elle respirait plus vite et plus profondément, et reprenait vie, totalement vie.
Elle détailla l'homme des pieds à la tête.


"Je suis ici pour...ça ? Je m'attendais à mieux !"

Le ton était ironique, un peu insolent (voire complètement), mais cela permettait de cacher la foule de sentiments qui la remuait de fond en comble. Et puis après tout, c'était son naturel, impossible de le contrôler.
Oh et puis qu'importait... Elle avait trouvé son maître.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Mer 3 Déc - 15:45

Elle ne semblait pas réellement avoir les pieds sur terre, voire pire que cela, c'était une rêveuse, une rêveuse mélancolique mais cela changeait-il quelque chose au résultat? Elle rêvait point barre. Il continuait à l'observer, mais le silence qui s'était installé entre eux, devenait lourd et pesant. Elle l'avait longuement détaillé lorsqu'elle s'était retournée vers lui comme si elle avait vu un fantôme.
Pourtant Kyo était certain de ne pas en être un, à moins qu'il ait été tué en chemin et qu'à présent, elle était son ange, qui venait l'amener au paradis. Il la regardait plus longuement, puisqu'elle ne semblait pas très pressée de lui répondre. Oh non, elle n'avait absolument rien d'un ange. Bon, elle n'était pas spécialement belle mais elle était mystérieuse, elle avait un de ces regards que l'on oublie pas tant ils ont l'air de vous percer.

Que faisait-elle là? A cette heure-ci, il l'ignorait complètement mais quelque chose en lui, lui disait que ce n'était pas un hasard. Pourtant, il ne voulait rien entendre, quoi d'autre mis à part le hasard? Franchement, il ne voyait pas, de plus, elle avait l'air si jeune, si timide, si inexpérimentée. Personne ne pourrait dire le contraire! Qu'est-ce qu'elle pourrait lui rapporter si ce n'était des problèmes! Il haussait les sourcils lorsqu'elle répondait doucement qu'elle était dans l'enceinte du pensionnat et qu'il ne pourrait rien lui arriver.

- Dans l'enceinte oui! Mais dans le pensionnat non! Il n'y a pas de grand portail à l'entrée pour empêcher quelconque malade de rentrer, alors croyez moi... Il pourrait vous arriver des tonnes de choses. Vous feriez mieux de rentrer, il se fait tard.

C'est alors qu'elle se levait, d'une manière presque décidée, comme si elle avait quelque chose à annoncer, Kyo, ne comprenant pas très bien pourquoi est-ce qu'elle le regardait avec un air si solennel, la questionnait simplement avec le regard. La remarque qu'elle fit ensuite, tout en s'excusant était pire que tout! Comment cela elle aurait dû le trouver? Il n'y comprenait absolument rien... Est-ce qu'elle était folle? Peut-être avait-elle quelque chose à lui dire tout simplement. Un devoir à rendre? Cela était peu probable, il n'en avait pas encore donner. Les yeux légèrement plissés.

- Ah oui? Et pourquoi cela Miss...? Je ne crois pas vous avoir déjà vu ou vous avoir réclamé quoique ce soit. Auriez vous l'obligeance de m'expliquer ou vous voulez en venir? Non, tout compte fait... Faîtes le! Tout simplement. Me trouver pour quoi?

C'est alors qu'elle se mit à le détailler, encore plus qu'elle l'avait déjà fait avant cela, et oui c'était possible. Un moment intrigué, Kyo sortit la main de sa poche prêt à lui relever le visage pour qu'elle cesse de le regarder de la sorte! Lorsque l'on parlait avec quelqu'un, le plus sage était de le regarder dans les yeux. Un sourire sarcastique sortait de la bouche de Kyo lorsqu'elle sortit sa dernière remarque, complètement perdu mais jamais battu, Kyo lui lançait un regard taquin... Alors que son visage traduisait une dureté et un cynisme sans fin.

- Qualifiez moi encore une fois comme cela jeune fille et je promets de vous mener la vie dure. C'est quoi cette mascarade. Vous me faîtes une blague, à votre âge jeune fille, ce n'est pas sérieux n'est-ce pas? De plus, elle est de très mauvais goût.

Avait-il rajouter sur un ton plus sérieux et plus grave. Attendant qu'elle réponde, il glissait à nouveau ses mains dans ses poches, décontracté, elle avait intérêt à répondre. Il n'avait pas pour habitude de supplier ou d'insister. Il ne se répèterait qu'une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Mer 3 Déc - 18:12

Azilis mourait d'envie de lui répondre qu'il y avait peu de chance qu'elle se fasse tuer par un dangereux psychopathe - à moins qu'il ne fut un tueur psychopathe lui-même, mais cela semblait plutôt maladroit comme entrée en matière. Elle haussa donc les épaules. Que pouvait-elle lui répondre d'autre ? Que de toutes manières, si elle se faisait attaquer, elle pourrait trainer en justice l'institut X3

Tiens d'ailleurs, lorsqu'un Dameon mourait, que lui arrivait-il ? Etait-il à nouveau réincarné ? ... La jeune femme n'avait pas envie de creuser la question par un exercice pratique. Aussi reporta-t-elle son attention sur son nouveau maître-qui-ne-le-savais-pas-encore-et-qui-allait-sûrement-mettre-du-temps-à-réaliser-vu-comment-ils-étaient-partis.

Dieu ne s'embête vraiment pas. On vous réincarne, on vous explique bien tout ce qu'il faut faire mais...Il y a léger détail qu'Il semble avoir oublié : certains hommes sont très butés et cartésiens. Car enfin, comment Azilis pouvait-elle expliquer de manière rationnelle et crédible qui elle était, ou plutôt, ce qu'elle était. C'était le genre de cadeau dont elle se serait volontiers passé. Oh et puis, un prof ! Franchement ! Elle était tombée sur un prof ! Quoi de plus routinier et casse-pied qu'un prof sur terre ? Je vous pose la question !
Elle ne répondit pas tout de suite à question; plaisir de le faire mariner dans ses interrogations et l'angoisse de ne pas pouvoir mettre un nom sur ce visage, alors qu'elle le traitait comme si elle le connaissait déjà...? Non, tout simplement, elle cherchait la meilleure manière d'aborder le sujet. Il ne faudrait pas qu'il lui fasse une crise cardiaque :p Pire encore, il pourrait l'envoyer dans les roses, et aller se fourrer dans des situtations pas possibles, sans qu'elle soit là.

Et c'était sans doute ce qu'elle craignait le plus au monde. C'était un sentiment tout nouveau, et inconnu jusqu'alors; à bien y réfléchir, c'était ainsi que sa vie s'était terminée, devant un Daemon impuissant. Elle ne voulait pas que cela se reproduise. Il fallait donc qu'elle lui explique.

La jeune femme continuait à fixer Kyo, la tête légèrement penchée sur le côté, signe d'une réflexion intense. Et puis, comme elle se permit une petite pique, il se fit plus pressant et plus sévère.
Azilis secoua la tête et soupira. Ils n'étaient pas rendus...

"Vous ne comprenez pas..."

Le regard qu'elle lui adressa était tellement clair, doux, emprunt d'un certain désolement, qu'elle finit par sourire - un peu tristement peut-être-

"Non bien sûr. Vous ne pouvez pas comprendre. Pas encore. Alors...Oubliez-ça !"

Et l'ombre qui était passée sur son visage disparu aussitôt, remplacé par un franc sourire.

"Je m'appelle Azilis Cowel. Et je vais suivre votre conseil et retourner à l'intérieur."

Quoi ? C'était ainsi que cela se finissait ? Elle ne manquait pas un peu à son devoir, là ? Oh, de toutes manières, il la prenait déjà pour une élève folle et insolente...

[désolée, un peu court -_-"]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Mer 3 Déc - 18:36

[Pas de problème, à un moment, c'est une étape normale ^^ ]

Elle semblait avoir envie de lui dire quelque chose mais, elle avait la tête des personnes qui souhaitent que l'on devine tout alors que l'on est au courant de rien, mais alors rien du tout! D'ailleurs, en ce moment, c'était bien son cas, il nageait dans des eaux complètement troubles et il devait avouer qu'il détestait cela plus que tout.
D'ailleurs, si il y aurait pu avoir un mot plus fort pour désigner ce qu'il ressentait en ce moment, Kyo l'aurait utilisé sans la moindre hésitation.
Elle ne parlait toujours pas, comme une jeune sadique qui s'amusait à le voir entièrement perdu. Kyo avait une fierté qui n'était pas des moindres. Il ne montrerait sûrement pas à quel point cela le rendait impuissant de ne rien savoir, mais elle, le devinait? Ou alors, elle ne le savait pas et n'osait tout simplement pas lui parler. Comment le savoir après tout puisque encore et toujours, elle restait silencieuse, l'observant comme si la réponse était dans ses yeux!

Et bien non, avait-il eu envie de lui crier, non elle n'est pas dans mes yeux puisque je ne comprends absolument rien. Mais, pourquoi crier alors qu'elle semblait préoccuper par une chose beaucoup plus importante que cela. Ses questions sans doute. Kyo lui avait-il fait peur? Après tout, c'était elle qui s'était permise d'utiliser de l'ironie à un mauvais moment. Un très mauvais, l'un des moments où Kyo se sent vulnérable. Il ne comprenait pas ce qui se passait dans sa tête, ce qui lui arrivait lorsqu'il était près d'elle.
Elle semblait avoir une réponse à cette situation plus ou moins floue qui le torturait mais elle ne voulait rien dire, et c'était sûrement ce qui l'agaçait le plus! Pourquoi le faire patienter de la sorte?

Sa voix, celle qui suivit ce long silence, qui semblait de plus en plus lourd à porter pour Kyo, était d'une tristesse étonnante. Tristesse que Kyo ne put s'empêcher de remarquer lorsqu'elle lui sourit d'une manière si fausse.

- Je peux comprendre! C'est vous qui ne voulez pas que je comprenne! Ou alors vous ne voulez pas m'expliquer.

Il bougeait légèrement pour se placer en face d'elle et lui bloquer la route. Elle ne pouvait pas commencer quelque chose et s'enfuir ensuite comme si elle n'avait rien dit! Cela ne se déroulait pas de cette manière, peut-être avec d'autres mais pas Kyo

- Azilis n'est-ce pas? De quoi avez-vous peur au juste? De toute façon, je préfère être clair avec vous, vous ne partirez pas d'ici tant que vous ne m'aurez pas raconter. Et quand je serais fatigué... Je vous attacherais à moi et vous ramènerais partout où j'irais tant que vous ne parlez pas! Me suis-je bien fait comprendre? Maintenant... Si vous pensez avoir le choix, libre à vous.

Il n'avait pas dit cela sur un ton menaçant, ni même qui aurait pu lui faire peur d'une quelconque manière, mais il l'avait plutôt dit lentement. Non seulement pour qu'elle enregistre l'information, mais aussi pour montrer qu'il était parfaitement calme pour le moment et qu'il lui laissait encore une chance de s'expliquer. Mais il y avait des limites tout de même, et qu'elle le croie ou pas, il était on ne peut plus sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Mer 3 Déc - 20:58

[mais en fait, toi tu planques la véritable longueur de tes posts en centrant ton texte XD]


Azilis ne se rendait pas compte qu'elle avait mit Kyo dans une position inconfortable. Mais ce qu'elle avait à dire était tellement énorme, tellement incroyable -littéralement-, que cela éclipsait le reste. Elle ne réalisait qu'elle torturait son maître à tourner autour du pot ainsi; en fait, elle en avait déjà trop dit pour que cela n'atirre pas l'attention et n'éveille pas la curiosité de son interlocuteur. Aussi le souhait qu'il oublie ce qu'elle ait dit auparavent était purement illusoire; cela montrait bien qu'Azilis était toujours une gamine après tout ! x3

Et puis, le voilà qui se mettait à l'accuser de l'empêcher de comprendre ! Quoi ? Non, elle avait râté une étape, là ! C'était lui, et lui seul qui se masquait la vérité ! Non mais ! è_é Et, en plus, il l'empêchait de fuir ! ...Il n'allait quand même pas commencer à la mettre en laisse, non ? Une bouffée d'irritation lui monta aux joues, mais comme il reprit sur un ton un peu plus calme, sa colère retomba d'un coup, comme soufflée.

Elle soupira, un long soupir, un peu découragée. Sa seule pensée en cet instant ressemblait à "Avoir un maître ne signifie pas être brimée et bridée, j'espère !"... Ben si en fait, un peu ! XD Elle leva les yeux au ciel, autant pour gagner du temps que pour lancer un regard d'avertissement à Celui qui régnait là-haut pour ne pas avoir prévenu les humains ! Ca existait, un service consommateur, au paradis ? Un numero vert quelconque pour les prévenir que leur méthode n'était pas tout à fait au point ? Il faudrait y songer !
Mais pour l'instant, il fallait qu'elle affronte Kyo. Affronter ? Pourquoi "affronter" ? Voilà, il fallait tout reprendre du début ! Et puisqu'elle ne pouvait pas lui dire en face, il faudrait l'amener à comprendre seul, pas à pas, comme on apprend à un enfant à marcher. En le tenant par la main et l'accompagner.
Plus facile à dire qu'à faire.

Elle retourna s'assoir sur le banc, et ressera son écharpe autour de son cou, et passa ses bras autour d'elle, plus pour se rassurer que pour se réchauffer, en vérité. Elle ne parla pas tout de suite, mais comme la patiece du sieur Hitaki avait des limites déjà bien entamées, elle laissa tomber quelques mots, materrialisés dans l'air de la nuit par quelques volutes de buée.


"Je n'ai pas peur, c'est seulement que vous n'allez pas me croire si je vous le dis."

Elle lui jeta un coup d'oeil, déjà presque sûre de sa réaction :

"Et ne dites pas "sisi", et ne promettez rien, ce n'est pas tenable ce genre de promesse : vous n'avez aucune idée de ce que je vais vous dire. Alors je vais vous amener à comprendre par vous-même."

Le ton de la jeune femme s'était fait plus sérieux, plus grave et plus ferme. Cela ne ressemblait en rien au ton badin et ironique qu'elle avait emprunté quelques minutes auparavent. La différence tenait au fait qu'elle avait réussi à contrôler la vague d'émotion qui l'avait submergée, et aussi au fait que sa joie avait été nettement refroidie par l'incompréhension de son maître.

"Vous êtes vous déjà dit que vous étiez seul ? Très seul ? Au plus profond de vous-même ? Qu'il vous manquait quelque chose ? Comme si votre âme n'était pas...complète ?"

Il était un peu tard pour discuter théologie, et Azilis craignait que le peu de rapport que cette conversation entretenait avec leur échange précédent entraîne la colère de Kyo. Toutefois, elle poursuivit :

"Et, en venant ici, dans les jardins, et en tournant au coin de cette allée, n'avez-vous rien ressenti ? Comme si votre coeur ....venait de rentrer à la maison ? Qu'il était complet et en paix ?"

Ces derniers mots se faisaient hésitants, difficiles. Elle avait peur de buter à nouveau sur la mécompréhension, et cela serait une pierre d'achoppement dans leurs débuts. Si il ne comprenait pas ça, elle aurait dû mal... BEAUCOUP de mal. :p
Elle se mordit les lèvres en attente d'une quelconque réponse. Un mot, un grognement, une approbation, n'importe quoi, pourvu que ce soit une réponse positive !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Mer 3 Déc - 21:42

Elle se sentait comme prisonnière, au fond, ce n'était pas ce que Kyo venait de faire d'elle, une prisonnière. Cela ressemblait à du chantage... Non, non ça n'y ressemblait pas uniquement, cela en était totalement et la pauvre jeune fille ne semblait pas s'en remettre! Peut-être n'avait-elle pas eu l'intention de le laisser dans le floue le plus totale. Mais l'ignorance de quelque chose qui existe et que l'on peut apprendre est pire que tout!
Si personne n'avait commencé à lui en parler, alors, cela aurait tout simplifié. Sa vie future, parce qu'il se connaissait, il n'oublierait pas. Mais par dessus tout, elle donnait tellement d'importance à cette chose en la cachant comme un secret lourd à porter que cela en devenait presque inquiétant.
Au début, il avait pensé à des choses simple comme le fait qu'elle avait dessiné des graffitis sur les murs de son appartement, qu'elle lui avait volé quelque chose et qu'elle devrait lui rendre parce qu'elle avait trop de remords. Mais, à présent, il s'attendait à tout, tout sauf quelque chose d'aussi banale évidemment.

Cela, elle ne pouvait pas le deviner et c'était sans doute cela qui la rebutait autant, comment être sûre qu'il la croirait? Lui, pouvait l'affirmer, mais elle avait une idée tellement toute faite sur sa réaction qu'il lui était entièrement impossible d'y croire.
Avant même d'avoir ouvert la bouche, Azilis semblait découragée. Il avait l'air si méfiant que cela. Il eut un petit sourire en se demandant s'il paraissait si peu coopératif, sûrement pour qu'elle le prenne comme cela, il avait bien dû avoir une réaction déplaisante. Voire, plusieurs même, ce qui ne l'étonnait guère, il faisait souvent cet effet là à autrui.

Lorsqu'elle se dirigeait vers le banc pour s'asseoir à nouveau, comme résignée à lui parler, ou alors à rester là. Elle s'entourait de ses bras comme si elle devait se protégeait de quelque chose. Avait-elle froid? Kyo, vêtu de sa grande veste aurait du mal à dire à présent s'il faisait si froid que cela. Mais peut-être que... Non, plus il l'observait, et plus il comprenait que ce n'était pas vraiment le froid, s'avançant légèrement vers elle pour entendre la petite voix de laquelle sortait enfin son problème. Evidemment, comme il l'avait imaginé, elle ne pouvait croire qu'il l'écouterait et la trouverait crédible! Il pouvait donc s'attendre à la chose la plus farfelue qui soit... Et il devrait y croire tant elle paraissait sérieuse?
Cela paraissait être un vrai dilemme...


- Je ne fais jamais de promesses que je ne suis pas sûr de tenir Azilis. Je ne vous promettrai rien, mais les hommes sont assez faibles dans le domaine des sous-entendus. Jolie comme vous l'êtes, vous devriez déjà l'avoir expérimenté non?


Il avait dit cela sur un ton taquin afin d'éveiller quelque peu la colère ou le trouble de la jeune fille. Un petit sourire sarcastique et rieur s'affichait donc sur ses lèvres. Non, vraiment, ce n'était pas le moment de jouer aux devinettes. Ce n'était pas un jeu qu'il appréciait particulièrement mais quittes à y jouer, autant que ce soit lorsqu'il a une bonne partie de son cerveau en fonctionnement. Or, il avait l'impression d'être inhibé.

Sa question n'était d'ailleurs pas pour arranger les choses, il était venu ici pour oublier son passé et voilà qu'elle lui rappelait qu'il avait passé sa jeunesse à être seul et rejeté par son père qui ne l'aimait pas. Quasiment, sa dernière vraie famille. Son visage se crispait alors que son regard se durcissait, il le détournait.


- Excusez moi... Mais je ne vois pas beaucoup l'intérêt de cette question!

La suite, par contre, était plutôt choquante, comment avait-elle pu deviner ce sentiment qu'il n'avait jamais ressenti ailleurs qu'aujourd'hui. Les yeux tournés vers elle à présent avec beaucoup d'attention. Des points d'interrogations se serait mis à danser dans ses yeux si cela était possible.

- D'accord... Et quoi? Vous êtes la réincarnation de ma mère? Vous êtes mon alter-ego? Mon ange? Bon dîtes le une fois pour toute bon sang! Je m'attends à tout de toute façon, au point où on en est...

Le ton cachait une certaine impatience, mais pas négative, plutôt curieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Jeu 4 Déc - 0:15

La scène était étrange, avec ces deux êtres aux caractères plutôt différents, pourtant réunis dans ce jardin, parmi les ombres et les plantes, sous une voûte céleste où planait encore quelques nuages, filament brumeux dans l'éther étoilé. Le froid et l'humidité tombait doucement sur les jardins, et, dans l'apparent silence et l'immobilité, les ténèbres fourmillaient d'une discrète et pourtant dense activité nocturne. Dans le lointain, un vague hululement de chouette se fit entendre, tandis qu'un mulot, presque invisible, se glissait entre deux branches.
Et au milieu de cette scène tranquille et banale, il y avait deux acteurs dans un cercle de lumière, sous le feux des projecteurs, dont les éclats de voix troublaient le calme de la nuit. Au spectacle ce soir, une comédie-dramatique aigre-douce en trois actes, à mi-chemin entre la tragi-comédie, l'opéra et le vaudeville. Une oeuvre de jeunesse d'un artiste anonyme, mise en scène posthume, sûrement !
L'histoire est triviale : un jeune héros (ou antihéros ?), les cheveux blonds et l'air mystérieux rencontrant une belle esseulée dans un jardin abandonné. S'en suit d'interminables dialogues ressemblant plutôt à des monologues entrelacés, soulevant des questions métaphysique sur la vie et la mort qui raviront les critiques et endormiront le public. La princesse se trouve être un ange, et le tout se finit dans le fracas des trompettes du jugement dernier, avant d'enchaîner sur le Requiem de Mozart, et, lorsque les dernières notes du Kyrie triomphant s'éteindront, après avoir gonflées, enflée comme une vague, la salle pour réveiller les spectateurs, tout s'éteindra. Black out total et surprenant. Avant le tonnerre d'applaudissement.

Mais la réalité est un peu plus compliquée que cela, quoique cette version n'est pas mal non plus.
Il y avait seulement une Daemon qui essayait tant bien que mal d'expliquer à un humble terrien qui était son maître une situation inconcevable et pourtant véridique. Azilis semblait véritablement ennuyée, et cela ne ressemblait pas du tout à son caractère d'ordinaire fambloyant et victorieux, rempli d'exaltation et de fièvre, de fougue irraisonnée et d'emportements stupides, d' une vivacité tourbillonante, d'ardeur et de pétulance qui la caractérisait.
Pourtant, il fallait bien lui expliquer. Ils n'allaient pas rester indéfiniement ici, à musarder !
Dès lors qu'elle vit le visage de Kyo se crisper, elle sut qu'elle avait visé juste. En pleins dans le mille, même ! La réaction fut plutôt dure, mais l'enchaînement de questions, pressantes, traduisaient que son maître était dans la perdition la plus totale.
Et il se mit à proposer des choses tellement stupides que...Oh après ça, elle pouvait bien le dire ! Et, elle se mit à rire ! Un rire, franc, éclatant, faisant naître un petit nuage de buée qui resta quelques instants en suspension dans l'air.


"Un ange, non mais, eh, m'avez-vous bien regardé ? Aie-je l'air, de près ou de loin, d'un être parfait et asexué ?"

Elle sauta alors sur ses pieds, et se planta devant le jeune homme, qui la dépassait d'une bonne tête; cela ne la démonta pour autant. Une main sur une hanche, l'autre tendant un doigt triomphant, elle déclara, au bord de la jubilation :

"Non, monsieur, non ! Je suis beaucoup mieux ! Je suis votre Daemon !"

Un silence suivit cette déclaration.
Ah oui, elle n'aurait pas dû rire. Elle avait dû perdre toute sa crédibilité... Et ce fut le retour du regard presque implorant :


"Vous ne me croyez pas, n'est-ce pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Jeu 4 Déc - 10:49

La scène pouvait en effet paraître drôle, intrigante voire ennuyante, mais ça n'était sûrement pas le cas pour les acteurs principaux... Du moins, l'un d'eux ni voyait pas très bien le côté comique... Si ce n'est la jeune fille pleine de vie et d'expression face à lui. Si ce n'était cela, en effet, et bien le reste paraissait plutôt morne et inquiétant.
Non, Kyo ne trouvait pas le temps de s'ennuyer, trop occupé à deviner ce que pourrait être cette chose mystérieuse, ou alors l'endroit d'où venait la jeune brune qui souriait, puis perdait toutes joies en moins de temps qu'il en fallait pour dire ouf.
Il n'avait jamais vu autant de vie réunie dans une seule personne, elle semblait être nombreuses... Alors qu'il n'y avait qu'elle, ce petit bout de jeune fille qui, lorsqu'elle se levait devait lever la tête pour espérer ne serait-ce que le regarder dans les yeux.
Kyo ressentait comme une envie de protection qu'il n'assouvirait pas en posant sa veste sur ses épaules comme il en avait eu envie. Pourtant, il aurait du s'en fiche comme il l'avait toujours fait. Les femmes étaient dangereuses alors il valait mieux les garder à distance, peu importe leurs âges. C'était toutes des ensorceleuse. Elles se servaient de leurs yeux, leurs sourires pour vous faire avaler n'importe quoi. Et les hommes, faibles face à leur charme inébranlable tombaient toujours comme des mouches.

Impatient, il n'avait cessé de lui poser une tonne de questions, les unes plus farfelues et dérangées que les autres, et elle ne semblait pas s'en émouvoir, ni même être étonnée.
Alors si tel était le cas, peut-être que ce qu'elle avait à lui dire semblait pire que ce qu'il avait tenté.
C'était peut-être le moment de vérité, les longs cheveux de la jeune fille volait dans l'air comme pour lui donnait un air plus naturel que déjà elle arborait magnifiquement. La nuit semblait cette fois prendre le devant sur la lumière... Le coeur de Kyo battait doucement doucement, et pourtant, s'il s'était laissé aller par tous les sentiments qu'il ressentait, il aurait déjà fuit, ou alors son coeur battrait beaucoup plus vite.
Certains disent que tout est déjà écrit quelque part, même si on ne le sait pas, mais alors qui était l'imbécile qui lui avait écrit quelque chose d'aussi étonnant. Cette rencontre, ce qu'elle lui racontait, rien ne paraissait vrai et crédible, pourtant il devait avoué qu'elle avait raison sur ses sentiments. Son rire résonna alors dans la nuit, comme pour enchanter tous les esprits du soir. Les yeux brillants, il eut un petit sourire, c'était de ce charme et de ce naturel dont il parlait, celui la même qui peut vous faire oublier qui vous êtes.


- Ni de prêt, ni de loin...

Mentait-il pour qu'elle ne se doute aucunement des pensées qui lui traversait l'esprit. Le petit sourire, presque sincère qu'il avait, ne laissait d'ailleurs aucune place au doute dans ce qu'il venait de dire. C'est alors qu'elle se levait comme pour confirmer à Kyo qu'il avait raison pour sa petite taille face à lui. Elle semblait heureuse et si sincère que Kyo se dit tout à coup que cela était une bonne nouvelle. Mais lorsqu'elle dit ce qu'elle avait à dire, il eut un léger pas dirigé en arrière. Daemon... Pourquoi ce mot lui faisait un effet de déjà entendu, ou vu... Dans un rêve... Il balançait la tête, l'observant comme si elle disait quelque chose de totalement probable. Comment cela pouvait exister? Avoir un Daemon, on avait des anges, des esprits pour veiller sur soi, mais des Daemons?

- Hum...

Il s'éclaircissait la voix afin de reprendre un peu de contenance et de confiance, mais la confiance en elle paraissait totalement impossible. Pourtant... Elle avait raison sur les sentiments qu'il avait ressenti lorsqu'il s'était approché. Ne voyant pas d'autre échappatoire que la taquinerie, il eut un petit sourire.

- Azilis, si vous vouliez me draguer, ce n'est pas la meilleure des méthodes ma jolie. Et qu'est-ce qu'un Daemon est censé faire pour son maître? Voyons si votre imagination ne vous joue pas de tour...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Ven 5 Déc - 22:03

[désolée, je suis rentrée plus tard que prévu ! >_< On a trop déconné au théâtre X3]

Les paroles de Kyo furent un véritable crève-cœur. Elle avait espéré; et maintenant, elle se heurtait à nouveau à l'incompréhension. Elle avait espéré, ou plutôt non, il l'avait fait espérer è_é Lui qui prétendait pouvoir comprendre...Il l'avait tant et tant priée, questionnée et pressée comme un citron pour savoir ! Et voilà que maintenant, elle trouvait le courage de lui dire l'ineffable, il la rembarrait, avec ses histoires platements terre à terre de drague ou de je-ne-sais-quoi.
Il n'avait pas honte de briser les rêves d'une jeune fille pure et innocente ? ;_;
Une moue boudeuse vint se dessiner sur ses lèvres, et elle se renfrogna. Le regard qu'elle jeta à Kyo aurait put être qualifié d'assassin, si un Daemon n'était pas censé protéger son maître et non l'homicider à leur première rencontre. Elle se rassit alors sur son banc, et détourna ostensiblement la tête. Tss. Ses mains étaient crispées sur le rebord de son siège, et son pied botté (:p) tapait la mesure, signe manifeste d'agacement, d'impatience, mais également d'énervement.
Grr...C'était bien une des raisons pour laquelle elle n'aimait pas les humains !!

Sa propre pensée la surprit. Comme une pulsion venue du Ça, aurait dit Freud -merci à toi ô plus grand misogyne de tous les temps xD-, cette verbalisation soudaine d'un état misanthropique évident la déconcerta au plus haut point. Ne pas aimer les humains. Elle prenait soudainement consciente qu'elle n'était plus humaine, qu'elle ne rentrait plus dans cette définition, et n'appartenait plus à cette gent. Elle n'avait jamais été une grande humaniste, mais là...
Elle haussa les épaules, réponse indifférente à soi-même.

Retour à la réalité :
Il y avait Kyo qui se fichait d'elle. Là-haut, le Seigneur devait rire comme un bossu devant ce pauvre spectacle. Elle retourna alors son attention envers le jeune homme, et plissa les yeux. Son temps était plus froid et plus sec.


"Et pour arranger les choses, vous ne croyez sûrement pas en Dieu, à la vie après la mort, la réincarnation et tout le tintouin. Eh bien pourtant assurez-vous que je suis ici, envoyée par le Très-Haut, pour vous protéger, comme tout Daemon. Nous sommes des esprits matérialisés, et liés dès notre -et par la même occasion, votre- naissance, pour nous rencontrer.
Mais je ne serai pas un instrument de servitude, je vous préviens tout de suite. Et que vous me croyiez ou non, la réalité reste là même. Aussi, pas la peine de faire l'autruche."


Ah oui. Elle était vexée. Et oui, elle était en rogne. Elle était d'un naturel très spontannée et emporté. Alors il récoltait ce qu'il avait semé.
Et, avant même qu'il ne puisse dire ou faire quelque chose, ou même bouger pour l'empêcher de partir comme il l'avait fait quelques temps auparavent, un renard commun, roux, avec museau fin et oreilles pointues, bref, tout ce qui caractérise un vulpes vulpes, venait de lui passer entre les jambes et regagnait tranquillement le pensionnat.

Décidément, les humains étaient stupides. Il faudrait songer à les éviter. Tout en regagnant à pas lents et feutrés dans sa peau d'animal l'institut, elle se félicita de n'avoir encore croisé personne dans sa chambre. La colocation serait difficile è____é Et puis, se farcir un maître aussi empoté AUSSI !
Et, comme pour lui tirer la langue et le narguer une dernière fois, le goupil se retourna.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Sam 6 Déc - 16:28

On aurait pu croire que Kyo était une personne sans croyances, ce que d'ailleurs pensait la pauvre Azilis qui s'était faites traité de cruche... Du moins, elle avait eu l'air de le prendre comme tel. On aurait donc pu le croire en effet, mais ça n'était pas le cas, c'était juste un adulte, dont le cœur d'enfant n'avait jamais guéri et ne guérirait sûrement jamais. Alors croire à quelqu'un qui était venu sur Terre pour le protégeait alors que ses parents n'en avaient pas été capable, c'était beaucoup lui demander contrairement à ce que pensait sa jeune Daemon.

Il ne reviendrait sûrement pas sur ses paroles, tout du moins pas maintenant, il lui fallait un moment de réflexion, moment que Azilis n'était sûrement pas prête à lui donner, puisque sans crier gare, elle lui avait répondu de manière vexée et s'était transformée en animal pour lui filer sous les jambes! Evidemment, il n'y avait plus de doute, Azilis n'était plus là et le renard était parti... C'était donc une même et seule personne et qui d'autre qu'un être magique aurait pu faire ça? Ou un être de l'au-delà comme elle le lui avait dit.

Il s'asseyait sur le banc, comme si il n'était pas remit de la révélation... Elle aurait dû lui montrer cela dès le début, peut-être n'aurait-il plus eu le choix! Maintenant comment faire pour la retrouver? Pour quoi faire bon sang? Il n'avait pas besoin d'un Daemon... Il n'avait besoin de personne pour le protéger ou veiller sur lui! Il l'avait toujours très bien fait seul! Pourquoi s'embêter avec un Daemon. Même si au fond de lui, il savait qu'elle avait raison... Il fermait les yeux un long moment... Comment se faire pardonner avec la fierté qui le caractérisait. Il était lié à elle, il l'avait comprit. Comment? Depuis qu'elle était partie, il se sentait vide et par dessus tout, il avait des remords! Sentiments, qu'il n'avait jamais ressenti avant aujourd'hui... Peut-être après tout. Mais sa fierté l'empêchait de penser une seconde à aller la voir! Il soupira et se retourna, croisant la pénombre certaine... Et alors qu'il ne s'attendait pas, des yeux scintillants dans le noir le narguaient tout en l'observant, il eut un petit sourire et cria.


- Ok, ok! Tu as gagné Azilis!

Il se levait en allant jusqu'à elle, il se penchait en la regardant dans les yeux, autant que cela était possible.

- La susceptibilité ne résoud rien en passant... Allez... Reprends ta forme humaine... Celle la, me met... mal à l'aise, je me sens idiot à parler à un animal!

Il ne s'excuserait pas évidemment, mais c'était tout comme, il regardait autour de lui, il ne faudrait pas que quelqu'un le voit discuter avec un renard... Il passerait pour un allumé. Comme si il n'était pas déjà assez bizarre. Ca sentait les problèmes ce Daemon là! Surtout que c'était une fille, il se levait en la regardant avant de pousser un petit soupir inquiet..

- Qu'est-ce que je vais faire de toi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Dim 7 Déc - 13:04

Deux yeux verts, l'iris fendu par une pupille verticale, brillaient dans la nuit, comme deux lucioles immobiles, et fixaient la silhouette de l'homme qui se rapprochait, vaincu. L'heure entre chien et loup était passée depuis quelques temps maintenant, et à présent, on aurait plutôt parlé d'entre... renard et loup. Bref, l'heure était aux grands canidés sauvages ! xD

Un homme vaincu donc, car enfin, Azilis avait eut un dernier argument plutôt ...convaincant. Il aurait vraiment fallu que Kyo fut un de ces cartésiens à l'esprit prosaïque, rationnel, et outrageusement étriqué, pour nier ce que ses yeux voyaient. Et présentement, ce qu'il voyait, c'était une fille transformée en renard, qui le narguait.
Triomphant(e), le goupil s'était assis sur son séant, et la touffe rousse et blanche, presqu'aussi longue que son corps, qui lui servait de queue, battait tranquillement la mesure, dans un lent mouvement de balancier, avec la régularité d'un métronome. [nb : j'ai abusé des propositions dépendantes dans cette phrase XD]
Elle plongea ses yeux dans ceux de Kyo, qui la toisait, de toute sa hauteur, et elle, avec quelque chose qui ressemblait à un sourire sur une bouche de renard - résultat plutôt inquiétant en fait XD.


"Je suis comme ça, vous ne me changerez pas."

Entendre la voix d'une jeune fille sortir d'une gorge de canidé était une expérience étrange, qui la surprit elle-même. Mais elle n'en laissa rien paraître. Elle venait de se mettre un point d'honneur à toujours avoir l'air sûre d'elle-même devant lui. Pas de faiblesse, sinon il en profiterai. <_<" . Et puis, de toutes manières, elle ne pouvait pas se permettre d'être faible : elle était là pour le protéger, et quelque chose lui disait que, vu son caractère, il allait se mettre pas mal de gens à dos XD. Et de surcroît, elle, avec son caractère fougueux et emporté, elle était capable de se fourrer dans des situations pas possibles. En bref, ils étaient mal barrés.

"Et je ne suis pas un animal. Je suis juste un esprit qui a la forme d'un animal !"

Et, alors qu'elle allait reprendre forme humaine pour lui faire plaisir, elle l'entendit soupirer "qu'est-ce que je vais faire de toi" . Une de ses oreilles, auparavent parfaitement immobile, tiqua, un mouvement rapide qui aurait pu passer inaperçu, si cela n'était pas la preuve physique d'un sourcillement. Un large sourire s'étala sur sa face, ironique :

"Vous n'avez qu'à me déposer à la SPA."

Et sur ce, elle reprit sa forme d'étudiante. Quel contraste ! La jeune femme pouvait d'ores et déjà affirmer qu'elle préférait sa forme de Canidé. Son pelage était doux et chaud, elle entendait mieux, et n'avait presque plus besoin de sa vue, qui de toutes manières étaient déjà basse au départ, mais plus que tout, elle se sentait libre.
Elle remarqua alors que le sieur Hitaki était passé du vouvoiement au tutoiement. Elle préféra interpréter cette marque comme le fait qu'il acceptait de devenir son maître.

Azilis épousseta ses vêtements d'un air nonchalant et innocent, comme si rien ne s'était jamais passé. Puis, elle releva la tête, et osa regarder son maître dans les yeux, d'un regard nouveau : ses yeux mordorés brillaient, étincelant d'une flamme nouvelle, luisant et pétillant, s'irradient presque, signe d'une promesse audacieuse et extraordinaire, celle de l'avenir étrange qui s'ouvrait à eux, et qui s'annonçait passionnant.

En son for intérieur, son coeur battait la chamade, et elle était emplie d'un sentiment de victoire. Elle ne lui dirait sans doute jamais, mais elle venait de lui jurer allégeance, fidèle et soucieuse, et surtout, terriblement sincère. Il n'y a rien de plus profond en ce monde que la relation entre un Daemon et son maître.
Même si...hmm...comment dire ? Leurs échanges présageaient d'être houleux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   Mar 9 Déc - 9:36

Comme si elle savait pertinemment qu'elle avait gagné une bataille, elle le regardait, triomphante, lui laissant tout de même un peu de dignité. Surtout que c'était une chose des plus importantes pour lui.
Elle lui souriait, du moins cela y ressemblait et Kyo se força de penser que cela était des plus bizarres. En la gardant près de lui, devrait-il s'habituer à ce genre de choses? Un renard qui sourit.
Mais il n'était pas au bout de ses surprises, quoiqu'il ne le savait pas encore réellement, non, elle ne lui avait pas tout montré encore. Elle parlait à présent, un renard qui parlait avec la voix d'Azilis. Plutôt spéciale et particulièrement étonnant. Il fronçait les sourcils, quand allait-elle enfin reprendre sa forme humaine, celle la, le déstabilisait plus qu'il n'osait l'avouer.

Pourquoi le faire d'ailleurs? Il lui avait déjà demandé de reprendre la forme de la jeune étudiante qu'il avait rencontré quelques instants plus tôt. Le fait qu'elle lui déclare haut et fort qu'elle ne changerait pas le fit sourire, lui non plus n'avait aucunement l'intention de changer, mais le simple fait de la fréquenter, changeait d'ores et déjà sa personnalité.


- Je n'ai aucunement l'intention de te changer. Je ne vois pas pourquoi je le voudrais de toute façon. Si ça ne tenait qu'à moi, je ne t'aurais même jamais croisé, alors je ne vois pas ce que cela m'apporterait de te changer.

Il haussait les épaules lorsqu'elle essayait tant bien que mal de lui expliquer qu'elle n'avait rien d'un animal. Il fronçait les sourcils, la regardant perplexe... Se moquait-elle de lui.


- Ne m'en veux pas mais je m'en tiendrais au résultat... Si je prends une photo, que je la montre à quelqu'un, il y verra un renard, et non pas un esprit... Tu es donc un animal!

Il frémit, décidément, il lui en faudrait du temps avant de s'habituer à cette forme là! La forme humaine n'était déjà pas des plus acceptable étant une fille alors un animal! Kyo qui ne pouvait supporter aucune forme de vie et préférait la solitude se demandait bien comment il allait faire pour gérer tout ce remue ménage qu'il venait d'y avoir dans sa vie en moins de 20 minutes.

- Ne me tentes pas... Je ne suis pas certain que tu aimerais cet endroit.


Il jetait un coup d'œil vers elle, après tout, le renard était peut-être plus acceptable, il préférait qu'on croit qu'il ait un animal de compagnie plutôt qu'on croit qu'il passe sa vie avec une étudiante. Il secouait la tête. Elle allait le prendre pour un fou s'il lui demandait de reprendre sa forme animal. Il était tout simplement perturbé... Oui, ça devait être cela. Il soupirait avant de s'avancer vers la sortie des jardins. Il se retournait un moment vers elle.

- Je vais me trouver un hôtel... Tu viens ou tu restes là? J'ai besoin d'un verre et d'un bain!

Il attendait sa réaction, il se demandait ce qu'elle allait faire, si elle voulait rentrer chez elle, il l'accompagnerait de tout façon, il commençait à se faire tard... Il glissait ses mains dans les poches de sa veste.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre Chien et Loup [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre Chien et Loup [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Only Sadness :: Extérieurs du Pensionnat :: Les Jardins-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit